Deuxième manche

Publié le par Fernand Chocapic

Vous découvrez un matin que vous avez passé votre vie dans un K-Way rouge. Vous n'avez pas envie de persévérer dans votre corps plus longtemps. Vous décidez de vous laisser pousser les cheveux en blond
 
 

L'érotique est une ressource au sein de chacun de nous

Publié le par Fernand Chocapic

La scène se passe avec de vrais gens, dans une vraie maison remplie de grandes personnes découpées dans des magazines. Il y a une entrée sur la gauche et une entrée sur la droite qui donnent sur la même pièce. Au centre, il y a un gâteau et toutes les femmes, de tous les points de la ville, viennent composer un énorme choeur familial. Je ploie sous le poids des confidences. Quelqu'un sort les verres à pied. Tout le monde trinque à la santé de ma cousine. Certains me reprochent de ne pas avoir autant de poitrine. On me fait boire du champagne dans une chaussure (les familles ont des traditions érotiques qui ne se discutent pas)
 
 

Un inédit de Rodin

Publié le par Fernand Chocapic

Lorsque vous êtes entrée dans l'atelier, j'étais déjà là. Vous êtes arrivée avec torse, tête et peluche, sans rideau de douche. Je vous ai apporté vos rouleaux préférés. "Je garde mon chat pour les souris" m'avez-vous dit. Je vous ai embrassé le dos de la jambe, de manière très chaste. "Au lieu de rester debout devant la porte avec votre sourire forcé, commencez à sculpter" m'avez-vous dit en grec ancien
 
 

Hâtez-vous au Finistère

Publié le par Fernand Chocapic

Emballez votre trousse et hâtez-vous au Finistère
Cherchez-vous une crique où la mère Topaze se bagarre avec les rochers
 
Emballez votre trousse et hâtez-vous au Finistère
Cherchez la buvette de la mère Merdrinac et faites un fil avec des gueules
 
Emballez votre trousse et hâtez-vous au Finistère
Cherchez-vous une chambre où la mère Carnac vous la fera sombre et nue
 
 

Désolé pour le poker

Publié le par Fernand Chocapic

Qu'une hôtesse m'apporte des serviettes chaudes, j'ai raté le moment où vous brossiez vos cheveux
La lumière du soleil passait à travers les vitres du gymnase
J'ai parlé à des chiens et des chats
J'ai raté le moment où vous retiriez vos bas
 
 

Vent de mite

Publié le par Fernand Chocapic

Vous me trouverez avec le joyeux et le gratuit, comme un lézard à l'ombre d'une feuille tremblante. Je serai salade de poulet et pommes de terre frites, gâteau au caramel et limonade
 
 

Aucun désespoir

Publié le par Fernand Chocapic

Qu'est-ce que c'est, tout à coup ? Je me regarde dans la glace, rebondi, ébouriffé, avec mon petit tonnerre. Est-ce simplement de la nourriture ou de l'amour que je veux ? Elle m'attend sous la moustiquaire, les crécelles humides, le coeur en caravane. Je ne peux pas tourner la tête. Êtes-vous construite madame comme un lapin, un requin ou un camion ? Est-ce avec ce parfum et ce maquillage que les papas se réveillent ? 
 
 

La terre à marée basse

Publié le par Fernand Chocapic

Quelque chose dans mon rêve
À propos d'un chat
À propos d'une île
 
 

Transformation d'un faune

Publié le par Fernand Chocapic

Dans une hutte en herbe, je trempe un magazine dans de l'eau savonneuse. L'image se transforme en un grand type avec des jarretelles. La première chose qu'il fait, il se met à lire. J'essaie de lui accrocher une perruque blonde. Il ne veut pas. Je lui dis que je suis un contribuable et un propriétaire terrien et qu'il me semble drôle que je ne puisse pas faire telle ou telle chose. L'homme décide qu'il lui est impossible de se concentrer. En déposant le livre, il s'habille et quitte la hutte. Sur le porche, il se met à avoir des seins qui lui poussent. J'essaie de l'attirer à l'intérieur avec une assiette de biscuits à la cannelle
 
 

Mes absences d'enfant se terminent

Publié le par Fernand Chocapic

Un jour au ski, j'ai renversé la monitrice. Le soir, alors que j'étais seul dans le dortoir (mais où sont les autres ?), elle est venue me parler. Elle a dit : "Et si je me déshabille, tu pourras le supporter ?" Le lendemain au refuge, ils ont parlé de moi avec l'assistante sociale du ski. Elle a dit à un professeur : "Il faudrait qu'il choisisse maintenant entre rose et bleu". Le soir, alors que j'étais seul au dortoir (mais où sont les autres ?), elle est venue me parler. Elle a dit : "Et si je me déshabille, est-ce que ça fonctionnera pour toi, mon solitaire?" Le lendemain, la responsable de la cantine du ski, pensant que j'avais été oublié dans la distribution des desserts est venue me voir alors que j'étais seul dans le dortoir (mais où sont les autres ?). Elle m'a dit : "Avant de partir voir d'autres louveteaux, j'aimerais que tu me regardes performer en sous-vêtements"
 
 

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 > >>
© Fernand Chocapic 2017 - Tous les textes de ce blog appartiennent à leur auteur