En route pour le bureau

Publié le par Fernand Chocapic

Le lundi matin, on aimerait être un artisan pour se lécher une main pleine de peinture
 
Je me dirige vers ce trou familier en prenant tout mon temps, comme un oiseau dédaigne de voler
 
Comme un blaireau qui geint sur la piste forestière, je désespère à chaque fois de tomber sur une biche qui s'épile à froid contre le tronc d'un sapin
 
 

Commenter cet article

catherine 17/01/2017 11:23

« … comme un oiseau dédaigne de voler »

Très belle trouvaille, vraiment.

(Trouvailleurs, trouvailleuses.....)

Fernand Chocapic 17/01/2017 16:31

Je connais oiseaux de toutes sortes.