De telles choses sont-elles possibles ?

Publié le par Fernand Chocapic

Je revois encore ce professeur tout imbu de sa science avec son bon air de bonne nuit qui commence à m'expliquer les voyelles. Je ne parle pas le vieux provençal mais il ne faudrait pas non plus me prendre pour un idiot. J'ai un siège à ma fenêtre d'où je vois passer les gens (et les oiseaux). Je comprends très bien ce qui se joue quand le petit nez se rapproche et embrasse les paupières, ou quand, pendant la mue, certains spécimens s'amusent à exciter leur compagnon avec une figue en caoutchouc
 
 

Commenter cet article

Aukazou 15/02/2017 19:08

Un peu de solitude, voire beaucoup, n’a, en effet, rien d’infamant. C’est la comédie du bonheur qui est infamante. Je n’ai nulle envie, en ce qui me concerne, de prendre un aller sans retour pour gnagnaland et je ne tolère plus qu’on vienne me chanter la mélodie du bonheur sur un piano désaccordé. Il n’y a aucune obligation d’être heureux, pas plus qu’il n’y a d’obligation d’être malheureux. L’essentiel étant que cela reste un choix et non diktat ! Et surtout qu'on garde un peu de mystère !

Je ne supporte pas non plus qu’on juge mes choix culturels à l’aune de l’idée que l’on se fait de la simplicité, de l’humilité, ou du bon sens populaire. Certaines vieille pétasses à la retraite décrètent que bouder les spectacles de divertissement relève d’une posture qui s’apparente au snobisme. Sauf que moi, je n’entends pas qu’ « une paire de bottes [vaille] Shakespeare ». C’est mon droit le plus absolu ! Et, non ! Je n’irai pas voir « Gnagna Land » au cinéma, d'ailleurs j'ai préféré visionner « Elle » de Verhoeven, au studio Galande, il y a quelques jours de cela. Et j’y retournerai bientôt pour voir « Le client » d’Asghar Farhadi, aucune « prétention » là-dedans ! Simple affaire de goût.

Fernand Chocapic 15/02/2017 20:48

Je prends le risque d'être d'accord avec vous. Et tant pis si je me fâche avec l'institutrice et que je doive finir l'année en candidat libre.

catherine 15/02/2017 17:46

J'aime assez bien un peu de tristesse et d'amertume dans la bière.
Un peu de solitude n'a rien d'infamant.
Je supporte qu'on ne tienne pas ses promesses.
Rater de peu n'est pas comme rater de beaucoup.
Mon prochain film pourrait s'appeler « quatre ratages et un empêchement ».
Avec Catherine Deneuve sur un canapé pas très récent.
Suggérer une libido torride sous des airs enfantins désarmants, je comprends Aukazou, ça peut énerver. Et elle l'explique très bien. Mais qui fait ça ? C'est vache de donner des noms.

Fernand Chocapic 15/02/2017 19:04

Une institutrice qui se mordille la lèvre inférieure en corrigeant ses copies, moi je trouve ça torride. Peut-être pas torride mais moite. Torride, c'est un adjectif que je réserverais plutôt pour la Saint-Fernand. La nuit que j'ai passée avec cette italienne ! Elle n'arrêtait pas de me crier dessus dans les couloirs de l'hôtel.

Aukazou 15/02/2017 16:03

"Je ne vous réponds pas. J'ai trop peur de passer pour celui qui n'a rien de mieux à faire."

Cédric pourrait vous dire, à juste titre, que votre présence comme votre absence, vos réponses comme vos non réponses, ne m'ont jamais traumatisée, ni empêchée de vivre ma petite vie sur le net. J'ai toujours posté selon mon humeur, indépendamment de l'interlocuteur/robot.

Fernand Chocapic 15/02/2017 16:26

Je le dis pour vous et Cédric : les robots n'existent pas.

Cédric 15/02/2017 11:13

Ça me semble improbable (as far as I'm concerned).

(vous savez très bien que je ne suis pas un robot, cessez donc de me le demander en chapka)

Fernand Chocapic 15/02/2017 13:13

Je sais bien que vous n'êtes pas un robot. Vous êtes une institutrice à la retraite. C'est Aukazou qui me l'a dit. D'ailleurs, elle est très remontée contre vous rapport à des commentaires que vous auriez censurés (on se demande vraiment pour quelle raison).

Aukazou 14/02/2017 23:22

Alors, Chocapic, on fait semblant d'avoir une vie sentimentale pleine de rebondissements et on en profite pour égratigner les autres au passage. Ces laissés pour compte, dont je ferais partie, qui cuveraient leurs déboires sentimentaux dans la bière et les larmes ! ;-)

Savez-vous que vous me rappelez singulièrement votre vieille copine, l'instit à la retraite, celle qui en fait toujours dix fois trop pour paraître gaie, heureuse, équilibrée, dynamique, désirée et désirable mais qui, à 23h, un soir de Saint Valentin, n'a rien de mieux à faire que de censurer mes commentaires ! ;-)

Franchement, vous respirez le bonheur, l'un comme l'autre ! Ca fait envie ! ;-)

Fernand Chocapic 15/02/2017 13:05

Je ne vous réponds pas. J'ai trop peur de passer pour celui qui n'a rien de mieux à faire.

Aukazou 14/02/2017 20:24

Vous avez bu combien de cocktails ?

Fernand Chocapic 14/02/2017 21:56

Vous préférez "bourse molle" ou "petite poire baroque" ?

catherine 14/02/2017 19:54

Voulez-vous nous entraîner chez le facétieux Francis Ponge et sa figue ? Ou encore dans l'art de la figue ?
www.enverscompagnie.com/PDF/artdelafigue.pdf

Fernand Chocapic 15/02/2017 19:07

Vous avez de la chance. Je ne suis pas un de ces blogueurs qui prennent leurs commentateurs pour des figues.

catherine 15/02/2017 17:16

Il faut caoutchouchouter ses figues, ses poètes et ses commentateurs

Fernand Chocapic 14/02/2017 22:15

Avec ma figue en caoutchouc, j'ai l'air d'un con maintenant. Merci pour le lien. Je ne connaissais pas. C'est très beau et joliment mis en scène (je visualise le pouf-figue qui tombe du plafond sur la scène).

Aukazou 14/02/2017 18:00

Ouais, c'est vrai ça !

Fernand Chocapic 14/02/2017 19:10

Vous avez bu combien de cocktails ?