Comment attraper un gorille déprimé ?

Publié le par Fernand Chocapic

Dans un immeuble, il peut y en avoir un canapé (ou plus). Ils font le poids de deux livres et sont associés à la patate douce dans le traitement de la cuite (après collage). Certains sont coupables de bambou mais le juge aux affaires intimes ne les attrape jamais car ils n'ont pas assez de face pour être connus de tous (et c'est bien dommage)
 
 

Commenter cet article

catherine 23/03/2017 14:52

Je rebondis sur ce mot : intime. Car il rime avec ce que je vais vous raconter.
Au début, la Seine maritime ne s'appelait pas Seine maritime. Elle avait un nom de département basique, un peu péjoratif, oublié aujourd'hui. Mais des statisticiens de renom eurent tôt fait de constater un nombre important de mariages dans les universités. Et fatalement un nombre important de conflits intimes et de divorces, le mari ne s'avérant pas toujours très réglo. Puis tout le monde alla au cinéma voir « Seines de la vie conjugale » et s'imprégna de cette ambiance de disputes incessantes autant que légitimes. De là, tout s'enchaîna : scènes du mari, scènes intimes, scènes légitimes. Pour couper court à la surenchère et échapper à la spirale de l'échec, il fut décidé d'appeler ce département hors norme : « scène mari-time », puis comme c'était au bord d'un grand fleuve, Seine maritime.
Vous n'êtes pas obligé de me croire.

Fernand Chocapic 24/03/2017 11:02

J'ai vécu quatre ans à Dieppe. Je ne dis pas ça en me haussant du col mais ça représente quand même quatre foires du hareng et de la coquille Saint-Jacques. Ce n'est pas suffisant pour obtenir le titre de "monsieur de la Seine-Maritime" mais au bout de trois déménagements, il me semble pouvoir prétendre au titre de "monsieur" (ou alors il faut savoir changer les ampoules et là je rends tout de suite mon tablier du Pont de Normandie).

catherine 24/03/2017 10:26

Un mari, en gros je vois ce que c'est. J'en ai connu. Mais personnellement je n'ai jamais été mariée. Pas plus que je n'ai habité en Seine maritime. C'est tout juste si j'ai passé trois fois le Pont de Normandie et aperçu le Gros Horloge. Mais j'aime nommer les choses, les rêves. J'aime les titres. J'aime le « suivi de neige ».
Un jour j'ai fait un rêve très drôle, bourré de signifiants et d'associations d'idées. Il y avait un monsieur absent, et très logiquement c'était « le monsieur de la Seine maritime ». Personne n'aurait remis ça en cause, pas même Alain Souchon. D'où ma petite histoire.

Fernand Chocapic 23/03/2017 17:13

"La vie intime est maritime" chantait Alain Souchon. Moi ce que je déduis de tout ça, c'est que vous avez laissé un mari à Rouen, rue du Gros, ce qui est un peu l'équivalent français du cimetière des éléphants. On peut noter également qu'un suivi de neige sur la cathédrale de Rouen fait blanc sur blanc alors qu'un suivi de neige sur la cathédrale de Clermont-Ferrand fait noir et blanc (ebony and ivory).