La Louisiane

Publié le par Fernand Chocapic

Quand nous partirons pour la Louisiane, je serai déjà bronzé car j'aurais préalablement traversé un désert médical avec des femmes aux grands pieds (de grands pieds d'infirmière avec des griffes et des patins). Le bon air de la montagne aura agi sur nous comme la pire des drogues digitales. On se sera arrêté dans tous les ruisseaux. Les feuilles de rhubarbe nous auront servi de soutiens-gorges. On aura tenu hautes les fleurs de bout en bout, et de bouche en bouche, ce qui n'est pas grand-chose mais vaut encore mieux que de dîner tout seul à la bougie
 
 

Commenter cet article