Comment font les eskimos ?

Publié le par Fernand Chocapic

J'ai voulu laisser un message dans sa boîte à gants. Elle était encombrée de cartes Michelin. Il y avait de la guimauve partout sur les sièges et ça sentait le caoutchouc brûlé
 
Son visage avait disparu derrière le mur mais nous la voyions toujours. Elle était passée dans une autre dimension en essayant de grimper sur un tabouret
 
Je suis revenu le soir avec des jumelles. Du toit de la salle des fêtes, je l'ai vue mettre un pied dans le jardin. En une minute, il n'y avait plus d'humus nulle part dans le quartier. Par contre, il y avait une recrudescence de papillons autour de ma lampe de poche
 
 

Commenter cet article

Aukazou 13/03/2017 13:04

Au passé on ne prend plus de risques. C'est pourtant simple.

Aukazou 13/03/2017 12:55

Votre créole n'est pas très crédible.
----------------------------
Mêlez-vous de votre orthogrâve : "une femme m'interrompis" ! J'te jure ! M'interrompschitt oui !

Fernand Chocapic 13/03/2017 12:59

Je ne vous ai jamais vu risquer une phrase au passé simple. C'est facile de critiquer quand on ne prend jamais aucun risque !

Aukazou 13/03/2017 12:47

Je pourrais monter sur mes grands cheveux, prendre un air supérieur. Or il n'en est rien. J'ai décidé de répondre à tout le monde sans distinction de classe.
__________________________

Oui missié.Bien missié. Moin Restavek...avek moin même...LOIN TRES LOIN !
Missi not'bwon mait'

Fernand Chocapic 13/03/2017 12:49

Votre créole n'est pas très crédible.

Aukazou 12/03/2017 11:49

"Car qui abus, aboiera ou quelque chose comme ça. Et abusera ad vitam aeternam"
________________
C'est clair.

Bon dimanche, je vais de ce pas me réouvrir un blog.

Fernand Chocapic 12/03/2017 15:08

Un blog explicatif, ce ne serait pas du luxe. Il est urgent de clarifier les choses.

catherine 12/03/2017 12:45

???

Aukazou 11/03/2017 23:33

Mettons que je n’ai pas envie de me fâcher avec vous parce que je vous trouve extrêmement brillant. Vous me pratiquez depuis assez longtemps pour savoir qu’il ne peut y avoir dans mes propos aucune flagornerie. Mettons que je veux bien tenir compte de votre ligne éditoriale et tenter d’y souscrire, sachant que je comprends mon humour mais pas forcément celui des autres. Cela dit, je peux essayer. Si cela ne marche pas, tant pis je recréerai un blog. Il s’agira juste de ne pas me prendre pour Barbara Stressante, je ne transfère rien et vous n’êtes pas Nick Nolte. J’ajoute que votre main gauche passe très bien à l’écran. Ca vous va ?

Fernand Chocapic 12/03/2017 15:14

Quand je pense qu'on m'a accusé d'être Angelilule ! Qui a accès au freezer ? Une personne qui conditionne des primevères. Et je n'en connais qu'une seule. CQFD.

Fernand Chocapic 12/03/2017 14:38

On ne peut pas se fâcher avec moi, même en y mettant de la bonne volonté. J'ai eu des moments de faiblesse, vous avez parfois réussi à me faire douter mais maintenant je n'ai plus peur. Je suis prêt à tout entendre et à y répondre. D'ailleurs, j'encourage les 2.900 autres lecteurs de ce blog qui prennent leur repas dans l'office à passer à la table du dîner pour participer activement à la conversation.

catherine 12/03/2017 10:28

Moi, ça me va. D'autant que personne n'y a pensé, mais c'est peut-être moi la commentatrice givrée. J'ai des antécédents, je ne travaille pas sur les gélules de primevère pour rien. D'ailleurs elles sont presque au point, et je commence à très bien supporter le freezer.

Aukazou 11/03/2017 13:01

Des désignations ont été écrites (par vous)
-----------------------
Vous commencez sérieusement à me faire chier !
Je vous renvoie toutes les occurrences, le temps de les lister !
C'est clair ?! Et là plus de parades pour se planquer!

Fernand Chocapic 11/03/2017 13:14

Vous vous servez de mon blog comme d'une plate-forme thérapeutique et après vous venez m'accusez de pratiquer la médecine déguisée. Ceci n'est pas conforme à ma ligne éditoriale.

catherine 11/03/2017 12:47

Moi mon diagnostic, un peu hasardeux certes mais je n'ai pas fait médecine ni des recherches généalogiques très poussées, c'est que Aukazou n'est pas la cousine de Fernand, et puis c'est tout.

Fernand Chocapic 11/03/2017 14:25

À aucun moment je n'ai prétendu que Michel était un lecteur assidu de ce blog. Nous avons nos désaccords mais je l'ai défendu à de multiples reprises, notamment sur Facebook où des idiots l'attaquaient d'une manière un peu légère. Il ne m'appartient pas de dire si ce que j'écris est intéressant mais je suis sûr et certain de ne m'être jamais aventuré sur le terrain toujours délicat du diagnostic médical à distance via le blog. Vous avez tenté de m'y entraîner par tous les moyens mais j'ai tenu bon en m'agrippant à la surface des choses. Il n'est pas né celui qui fera de moi son petit clown !

Aukazou 11/03/2017 14:12

Vous vous servez de mon blog comme d'une plate-forme thérapeutique
________________________
QUOI ?! Je ne savais même pas avant cet article qui vous étiez. Je n'ai jamais cru dans les vertus de la psychanalyse, ce n'est certes pas pour m'engager dans une thérapie via un blog. J'ai lu comme tous les gens doués de raison, le livre noir de la psychanalyse de Michel Onfray et plus onfrayenne que moi on trouve difficilement.

Je n'instrumentalise pas votre blog (en réalité, je ne sais pas qui instrumentalise qui), je n'y vois pas grand monde d'ailleurs. Et ne me collez pas ça sur le dos, car j'ai observé longtemps, et même très longtemps, avant d'y venir, qu'il n'intéresse personne.

Votre ligne éditoriale ? Arf ! Je vais rester charitable.

Je jure de ne plus jamais de toute ma vie vous adresser la parole.

Fernand Chocapic 11/03/2017 13:33

C'est indéniablement une question d'arbre. Et de racines.

catherine 11/03/2017 12:38

Je ne l'ai pas noté sur mon CV par modestie, mais moi aussi j'ai des pathologies, et des névroses dont je suis assez fière, mais j'ai l'impression que tout le monde s'en fiche !

Fernand Chocapic 11/03/2017 13:27

Est-ce parce que vous portez vos névroses avec un chandail en cachemire ? En tout cas, vos pathologies associées à de petites sandales à brides vous ajoutent un charme enrageant. Voilà le secret. Même pas besoin de médecine déguisée (ce qui de toute manière est illégal).

Aukazou 11/03/2017 12:02

je ne pratiquais pas la médecine déguisée.
______________________

Sans blague ?! Les aurais-je inventées toutes ces désignations ? N'ont-elles pas été écrites, noir sur blanc ? Ne les aurais-je donc pas lues ? Décidément, je suis complètement folle. J'ai inventé tout cela ! ;-)

Bon on en termine là. Ca m'épuise les gens comme vous.

Fernand Chocapic 11/03/2017 12:15

Vous n'avez rien inventé. Des désignations ont été écrites (par vous) et lues (par vous). Vous fonctionnez en circuit fermé. C'est pour ça que vous êtes épuisée.

Aukazou 11/03/2017 11:08

Je vois que vous êtes toujours une fervente adepte de la méthode paranoïaque-critique.
_______________________________

Ouuuuiiiiiiiiiiiiiiiii ! Paranoïaque, j'ai failli oublier, comme c'est ballot !

Alors reprenons un peu la liste des pathologies nombreuses et variées dont vous m'avez affublée, ou plutôt que vous m'avez diagnostiquées :

- Dédoublement de la personnalité (avec son cortège d'hallucinations et toutes ses variantes schizophrèniques)
- Hystérie (avec l'éventail des déséquilibres libidinaux)
- Autisme (et son évidente ano-sociosie, ou je ne sais quoi, et si ce n'est pas le terme vous pourrez ajouter "troubles du langage")
- Paranoïa, bien sûr. Il ne faudrait surtout pas l'oublier celui-là.
- Complexe de Peter Pan (pour ce dernier, je ne suis pas bien sûre du diagnostic)

Sans compter que comme j'aime les escaliers en colimaçon, les ammonites et les spirales de Fibonacci, j'ai à la fois des problèmes de maternité, mais également d'infantilisme et pour finir de relations à la mère. Sauf que cet enroulement du motif peut aussi bien rappeler la vie foetale que le milieu instestinal. Je m'étonne que vous ne m'ayez pas diagnostiqué un cancer colo-rectal d'origine psychomatique, cela va de soi !;-)

A part cela, ce sont les autres qui sont dangereux ...

Heureusement que je n'ai pas mis en pratique mon idée de faire un blog illustré avec des photos d'homme à poil où j'aurai exclusivement parlé d'amour et de la manière de le faire (le sexe au four et à la chaudière comme Landru ou comme ce bon docteur machin... le sexe vu comme une machine à laver, à laver quoi on sait pas bien, reste l'aspect mécanique ... le sexe dans son milieu naturel avec des cables de 3 mètres, des animaux de la forêt ou d'Afrique, et des anormalités psychiques ...).
Oui, heureusement ! On ne sait de quelles pathologies perverses, tordues, obsessionnelles on aurait pu m'accabler, lors même qu'il ne s'agit que d'un innocent exercice poétique.

Parce que moi, vous comprenez, j'aime les gens, surtout les cinglés. Ces si sympathiques cinglés qui me permettent un retour sur la tva et les droits d'hauteur ;-) Je ne comprends même pas cette conception régalienne de l'enfermement, lorsque l'Etat se retranche du financement d'autres pratiques qui pourraient alimenter la recherche in-vivo, sans passer par la réponse carcérale. Parce que vous comprenez quand y a moins de pognon pour les encadrer, nous ne pouvons que les camisoler ces pauvres cinglés ! ;-)

Fernand Chocapic 11/03/2017 11:39

Je ne vous affuble de rien. Je vous ai répété ad nauseam (me forcerez-vous à parler latin ?) que je ne pratiquais pas la médecine déguisée. Pour le coup, vous me donnez plutôt le rôle du psychanalyste lacanien qui écoute sans rien dire la liste de vos pathologies supposées. Il y en a tellement que je me demande si vous ne seriez pas tout simplement hypocondriaque. Dans ce cas-là, sans vouloir faire de médecine de bazar, il n'y a pas trente-six solutions. Il faut créer un blog avec des photos d'hommes à poil.

Aukazou 11/03/2017 00:56

Je reste persuadée que si l'on obtenait l'adresse IP d'Angelilie ou d'Angeline, on trouverait l'adresse de Chocapic derrière. Pourquoi ? Mais parce qu'il fait des expériences ! ;-)

Fernand Chocapic 11/03/2017 12:18

Je ne vais pas vous mentir : J'aime les glaces. Et quand je n'ai pas de glace au congélateur, je me lèche le genou (ou l'épaule). Cela fait-il de moi un usurpateur d'identité ? Je ne le pense pas. Simple coïncidence.

catherine 11/03/2017 12:06

Si Fernand est derrière Angelilie et Angeline, personnellement je trouve ça encore plus drôle !
Et je ne dis pas ça parce que Fernand est mon cousin d'une île à colorier !

Fernand Chocapic 11/03/2017 10:00

Je vois que vous êtes toujours une fervente adepte de la méthode paranoïaque-critique.

Aukazou 10/03/2017 23:18

D'ailleurs, nous avons chacun nos sujets d'étude, vous les animaux d'Afrique, moi les phasmes.

Fernand Chocapic 11/03/2017 10:32

Moi aussi j'avais choisi les phasmes et puis finalement, je me suis tourné vers les éléphants. Pourquoi ? Parce qu'il y a plus à manger.

https://www.youtube.com/watch?v=9XKqlIjZ690

Aukazou 10/03/2017 23:14

une de mes deux lectrices les plus givrées de la Terre.
______________________________
Ca se passe de commentaires, non ? ;-)
Il faudrait vous "dissocier" (comme dirait j'sais plus qui) lorsque vous jouez à Fernand Chocapic. Sinon, les gens - "bagarres" ou pas - ne sauront plus à qui ils s'adressent exactement. Rassurez-vous, ils s'éloigneront comme si vous aviez la peste. Peut-être vous liront-ils encore, de loin, non parce qu'ils ne peuvent se passer de vos délicieux écrits mais parce qu'ils voudront aller jusqu'au bout de votre ...comment dire ? ...obscurité ? Oui, ça reste convenable "obscurité", rien de violent dans le choix de ce terme, pas même d'inquiétant, car au fond nous avons tous un côté entomologiste, moi la première.

Fernand Chocapic 11/03/2017 10:36

Les gens sont irrésistiblement attirés ici. Je pourrais monter sur mes grands cheveux, prendre un air supérieur. Or il n'en est rien. J'ai décidé de répondre à tout le monde sans distinction de classe. Je prends tous les dossiers à mesure qu'ils arrivent. Ma seule limite ? La médecine déguisée. Je refuse de tomber là-dedans.

Angeline 10/03/2017 20:25

très beau blog sur la littérature. un plaisir de me promener ici.

Fernand Chocapic 11/03/2017 11:04

Alors ? Elle était bonne cette glace ?

catherine 10/03/2017 19:13

Parfois je passe vos publications au peigne fin. Dans les dents du peigne je trouve des franges frisées, et du chocolat chaud. Je trouve aussi assez souvent un genre de lointaine et partielle traduction, dans une langue que j'ai apprise dans ma jeunesse et dont je comprends encore quelques mots. Mais ici, dans ce billet, non, je ne vois rien, ni ce que vous dites, ni ce que vous ne dites pas.
J'en déduis q'un souci vous chiffonne. Et tout à coup, je me souviens, dans les statuts du blog, vous aviez dit il me semble : "pas de bagarre dans mes publications !".

Fernand Chocapic 12/03/2017 15:05

François a reconnu que dans le contexte actuel, cela a pu choquer. Il a demandé aux français de l'excuser pour ses sourcils. Et je suis sûr que si on lui demandait, il serait prêt à s'excuser de la même manière pour ses primevères. Pour le Chablis par contre, il dit que c'est légal. Il ira jusqu'au bout et ne rendra pas les clés de la cave.

catherine 12/03/2017 11:22

Que les choses soient claires Fernand. Je n'ai rien contre les sourcils-broussailles, qu'on peut plus facilement froncer pour se donner l'air sérieux et bon catholique. C'est une couturière qui me l'a dit.
Mais ne comptez pas sur moi pour devenir la cousine du couple Fillon, et encore moins la cousine d'un manoir à colorier. Car qui abus, aboiera ou quelque chose comme ça. Et abusera ad vitam aeternam, et mes réserves de Chablis ne sont pas éternelles.
Si j'avais disposé ne serait-ce que de 10 euros d'argent du contribuable, je n'aurais pas embauché ma femme en tant qu'attachée parlementaire pour faire que dalle. Vu qu'il est de notoriété qu'elle ne tient aucun blog de poésie, ce qui aurait été le minimum. Non, j'aurais investi les sous dans mon projet de gélules de primevère, et plus aucun poète, plus aucun pianiste n'aurait eu jamais froid.
Si j'étais juge d'instruction, (mais mes travaux sur les primevères ne me laissent aucun temps libre), je serais intraitable avec le cas Fillon. J'aurais plus d'indulgence envers un braqueur qui pique dans la caisse, car au moins il prend un vrai risque, et peut par la suite tenter éventuellement de sponsoriser mes projets.

Fernand Chocapic 11/03/2017 20:45

Prenez-le comme un encouragement plutôt que comme de l'homéopathie déguisée.

catherine 11/03/2017 16:11

Je prends ce que vous dites comme un encouragement. C'est la pleine saison, les talus n'ont qu'à bien se tenir ! Sinon je vais tout dézinguer pour faire mes expériences de primevères !

Fernand Chocapic 11/03/2017 15:57

J'ai le cuir épais (et le sourcil anormalement broussailleux). Ce n'est pas un double assassinat juridico-médiatique qui va priver les français de vos gélules de primevères. Nous irons jusqu'au bout !

catherine 11/03/2017 14:27

Vous avez raison d'émettre quelques objections, sinon je risque de m'emballer et d'avoir de sérieuses déconvenues. Et puis on risque de dire que vous avez financé mes travaux parce que j'étais votre cousine, et on vous accusera de népotisme.
Ça vous ferait deux chefs d'accusation sur le dos, et vous savez comme moi que ce n'est pas le moment.

Fernand Chocapic 11/03/2017 13:22

L'insonorisation par bombardement de décibels sous forme de rideau laser : Cela me semble compliqué (surtout dans le contexte d'un restaurant où je fais régulièrement des triomphes au piano). Votre première méthode qui consiste à recycler les boîtes à œufs me semble meilleure en termes de faisabilité et de protection de l'environnement.

Les gélules de primevères pour se protéger du froid : Une supposition que ça marche, peut-on pour autant exclure que les même gélules remplies de farine n'auraient pas le même effet ? Sans compter que selon la méthode d'absorption, la guérison peut être carrément liée à la prise massive de merlot.

catherine 11/03/2017 12:01

Je ne l'ai pas noté dans mon CV, mais je travaille aussi sur plusieurs projets.
Le chauffage par le bruit. L'insonorisation par bombardement de décibels sous forme de rideau laser, et les gélules de primevères pour se protéger du froid.
L'idée est simple.
Vous incitez votre fils qui a grandi à devenir batteur dans un groupe de rock. (Il faut un fils batteur sinon cela ne marche pas). Vous offrez votre résidence pour les répétitions. Vous recueillez les décibels, au préalable captés dans des boîtes à œufs avec lesquelles vous aurez pris soin de tapisser les plafonds de la salle de répét'. (Oui, c'est comme ça qu'on dit).
Vous touillez ensuite les décibels (la perte est minime, de l'ordre de 4 à 5 %), dans une grande marmite (si vous n'avez qu'un Bernard Marmite à me proposer, cela ne marchera pas, je préfère vous prévenir). Laisser mijoter un moment. Puis vous reversez le tout dans une chaudière à condensation, et le tour est joué. Pour lancer le produit et vous procurer de belles parts de marché, vous appelez le projet : « une idée si belle » (idée si belle, décibel, je précise pour éviter toute forme de malentendu).

Vous partez ensuite du simple constat que lorsque vous allez au restaurant, vous êtes gêné par le bruit des voisins. Qu'à cela ne tienne, nous demandez un simple escabeau, et accrochez au plafond (par souci d'économie aucun restaurateur ne les tapisse de boîtes à œufs) un rail laser qui entoure votre tablée. Oui Fernand, une vieille ganivelle fera l'affaire. Le rail-laser envoie ensuite des micro particules qui bombardent les décibels en provenance des tables voisines, mais pas vos propres décibels, et le tour est joué. En repartant, vous redemandez l'escabeau et récupérez votre rail (ou votre ganivelle) qui s'enroule très facilement. Et vous ménagez ainsi toutes les susceptibilités à peu de frais. Ceci jusqu'à ce que le restaurateur fasse lui-même l'investissement.

Maintenant les primevères. Vous n'êtes pas sans avoir remarqué l'intelligence de ces petites fleurs candides et sans complication, qui fleurissent l'hiver, et pointent leur jaune pâle même quand il neige. Elles ne gèlent pas, et restent stoïquement bras nus. Vous en déduisez que dans leur sève elles cachent un secret de grand-mère. Vous leur piquez ce secret légèrement sucré, vous en faites une pâte molle que vous transformez en gélule. Aux premiers froids, vous remisez votre chandail dans votre twingo (oui, il faut faire au préalable l'acquisition d'une twingo d'origine, sinon, ça ne marchera pas), et vous avalez une gélule ou deux selon votre âge et votre degré de frilosité, avec une simple gorgée de lait grenadine ou de merlot. Et le tour est joué.
(Et vous étonnerez vos voisins).
J'en suis à l'étude de faisabilité, mais ça ne saurait tarder à aboutir.

En ce qui concerne Chris Esquerre, je me doutais depuis un moment que c'était votre élève (le meilleur) ainsi sans doute que Valérie Lemercier.

Fernand Chocapic 11/03/2017 11:03

Vous êtes en train de démonter ma mécanique d'écriture comme s'il s'agissait d'un simple jouet Kinder. Je suis sincèrement impressionné. Vous êtes un cas à part. Une femme over-brillante et extra-lucide (et ce n'est pas misogynie que de le dire). J'imagine ce moment quand un professeur de collège vous demande de choisir entre la filière "lettres" et la filière "chiffres" et que vous lui rendez sa feuille en ayant coché toutes les cases. Ce n'est pas étonnant que vous ne soyez pas allée à l'Université. Vous vous y seriez ennuyée très vite. Or donc, comment vais-je m'en sortir ? Certains blogueurs confrontés à une commentatrice plus brillante qu'eux auraient tendance à modérer les commentaires et ne plus parler que de chocolat glacé avec des ingénues. Or il n'en est rien (selon la tournure consacrée). Je vais tout simplement élever mon niveau de jeu, au risque de brûler les dernières demeures de mon cerveau d'escargot. Je ne renoncerai pas. J'irai jusqu'au bout. Fort de mes sourcils broussailleux et de mon inextinguible bagou.

catherine 10/03/2017 22:31

Oui mais par exemple, dans votre précédent billet, au bout du curseur, je lis ceci : "And when Miss Alma came, full-figured and with a curled fringe, his whole face beamed"
et dans celui-ci, non, juste le bonhomme Michelin, et peut-être si on plisse les yeux, la loutre et la pipistrelle.

Fernand Chocapic 10/03/2017 20:30

J'ai repris un brouillon que j'avais enregistré et qui parlait d'une femme "frappée de maternité" mais en le relisant, j'ai trouvé ça lourd. Du coup, j'ai brouillé les pistes pour que ce soit plus intéressant. Au lieu de "comment on fait les bébés", j'ai appelé ça "comment font les eskimos", ce qui devrait plaire à Angelilie, une de mes deux lectrices les plus givrées de la Terre. Dans le premier paragraphe, je pensais au bibendum Michelin mais comme je me refuse à comparer une femme enceinte à un bibendum, j'ai dû rester dans le flou. Dans le deuxième paragraphe, un femme enceinte escalade un tabouret. Elle est dans son salon mais on arrive à suivre ses déplacements depuis l'extérieur de la maison car elle émet des radiations (ce n'est pas gynécologiquement prouvé). Dans le troisième paragraphe, elle marche sur la pelouse et capte tous les minéraux du sol pour nourrir son enfant. Ajoutez à cela une photo avec des éléphants et soudain tout devient plus clair.