Un conte biblique ambitieux

Publié le par Fernand Chocapic

Elle était enfermée chez elle. Je lui ai dit : "sors au soleil si tu l'oses !". J'ai entendu un bruit de canalisation. Et puis plus rien. Et puis de nouveau, comme un ruisseau qui court le long d'une bande de gazon. Et puis paf ! Elle a surgi d'un bosquet et a jeté ses bras verts autour de mes jambes. J'ai senti sa bouche, cette grande fleur qui mouille, remonter le long de mes cuisses. La haie s'est mise à chauffer. Je n'arrivais plus à respirer. Il y avait des cerises dans ses cheveux couleur de graminées. Je lui ai dit : "Arrête ! Je vais te présenter"
 
 

Commenter cet article

Aukazou 18/02/2017 12:40

Elle n'a pas de cerises sur son chapeau, comme dans la chanson de votre égérie. Et en matière de denrées périmées, vous trouverez beaucoup plus vieille sur le blog d'à côté où là, pour le coup, elle se fait vraiment croire que c'est l'été, la mère Bécassine Trousdebal.

Moi aussi, je vais vous présenter, Chocapic, j'ai une vieille copine prof de LC qui aurait bien besoin d'un ramonage. Elle est légèrement timbrée, mais avec vous, ça fera la paire ! Ah non, pardon, elle préfère ramoner casher, tant pis pour vous ! ;-)

Fernand Chocapic 18/02/2017 17:46

Il me semble que j'aurais plus d'affinités avec une prof de lettres modernes. Vous n'avez rien à me proposer de ce côté-là ?

Aukazou 18/02/2017 15:24

Lettres-Classiques

Fernand Chocapic 18/02/2017 14:12

Pour que je me rende bien compte de ce que j'ai raté, c'est quoi une prof de LC ?