Le petit conservatoire

Publié le par Fernand Chocapic

À chaque fois que je voulais l'embrasser, elle disait : "Pas maintenant, j'ai une descente de violon" et puis un soir de première au Châtelet, je lui ai carrément mis la main aux fesses. J'ai cru qu'elle allait me donner une baffe mais pas du tout. Elle m'a dit : "Toi alors, tu n'es pas le Schubert habituel". Elle m'a demandé, sérieusement impressionnée, si j'avais été élevé en Suisse. Je lui ai raconté tout Genève dans le taxi. Arrivés chez elle, elle m'a emmené dans sa chambre mais la pièce était si sombre que j'avais du mal à lire la partition
 
 

Commenter cet article