La remise des prix

Publié le par Fernand Chocapic

Elle chancelle, juchée sur de très hauts talons, tourmentée par la crainte de marcher sur les pans de sa toge d'étudiante. Comme elle s'approche du grand lutrin, on lui remet un parchemin pour s'essuyer. Abrutie par les vapes, incapable de ne pas écarter les jambes, elle fourre sa main dans une valise et pressure le citron entre ses cuisses. Rongé d'impatience, je me loge dans un filet à bagages, entre le haut de ses bas noirs et la ceinture alambiquée de son porte-jarretelles. Un sifflet retentit au loin. Les lauréats envoient valser leur chapeau. Elle disparaît dans la foule. Il se met à pleuvoir. Les gens s'en vont dans leur SUV. Je marche seul au bord de la route. Mon pantalon est trempé. Mes chaussures prennent l'eau. Il y a un hérisson mort dans le fossé
 
 

Commenter cet article

catherine 11/04/2017 10:39

Ce petit hérisson dans le fossé ne me dit rien qui vaille. Il m'en rappelle un autre qui a fini écrabouillé sous le camion du pressing, ou par des potaches aux grands pieds.

Fernand Chocapic 11/04/2017 14:07

Sans compter la fois où vous avez fait des crêpes avec les cheveux en hérisson.