Le pavillon des parfums réunis

Publié le par Fernand Chocapic

C'est une femme qui recevait tous les mardis après-midi dans les lumières et les gymnases de la jungle. Son soutien-gorge faisait office de pont suspendu entre deux parois de verre. Contrairement à la plupart des restaurants, il était possible de dîner dans la salle de bain. Le repas commençait toujours par une soupe un peu perplexe ("Si un simple bouillon vous déconcerte, ce n'était vraiment pas la peine de venir"). Le plat principal étant dérogatoire, nous n'y avions pas droit. Parfois, un jeune papa aux yeux brillants voulait jouer les missionnaires. On le faisait s'asseoir sur du rotin enchevêtré. En un quart d'heure, la condensation avait raison de lui. Nous, on s'asseyait sur des tabourets tout fourrés. Au dessert, nous avions une poire en plastique mais il ne fallait pas l'ouvrir car à la fin, c'était devenu un lieu de rassemblement pour les chômeurs
 
 

Commenter cet article

Cédric 21/03/2017 07:59

Vous voterez pour qui ? Dans l'îlesoloir ? Mais peut-être irez-vous voter dans votre bain ?

Fernand Chocapic 21/03/2017 10:53

On ne peut pas voter dans sa baignoire. Peut-on prendre une douche dans l'isoloir ? Peut-être. Si le bureau de vote est installé dans une école, on peut aller faire pipi dans les tout petits sanitaires mais on a pas le droit de prendre les échasses dans un gymnase.