Les jeux du cirque

Publié le par Fernand Chocapic

Je suis venu avec une nouvelle idée de jeu. Il s'agit d'être sur scène avec des femmes et au fur et à mesure, c'est de plus en plus difficile. Au début, tu es tout seul. Tout se passe bien. Tu connais ton monologue par coeur. Une actrice entre par le fond, la taille longuement moulée dans les plis de sa robe. Le drame s'installe. Tu as oublié ton texte. Une autre actrice arrive sur scène, puis une troisième, une quatrième, peut-être même une cinquième, toutes également moulées dans les plis de leur robe. Tu tombes de la scène. Tu essaies de remonter mais tu n'y arrives pas. On appelle une doublure pour te remplacer
 
 

Commenter cet article

Cédric 02/04/2017 11:16

J'ai l'impression qu'il arrive à Aukazou de répondre à côté. (il faut cliquer sur le "répondre" du dessus, pas celui du dessous.)

Catherine, Fernand et moi ne répondons jamais à côté. (c'est important de le signaler).

Fernand Chocapic 02/04/2017 14:49

On est pas dans la baie des cochons ici !

catherine 02/04/2017 13:44

Nous sommes en effet beaucoup plus disciplinés qu'Aukazou.

Aukazou 02/04/2017 12:43

"Catherine, Fernand et moi ne répondons jamais à côté. (c'est important de le signaler)."
______________________________

C’est intéressant ce réflexe, que vous partagez avec Chocapic , d’en appeler invariablement à la dynamique de groupe. Lorsque Chocapic se sent acculé ou lorsqu’il veut asseoir sa domination sur l’autre, il utilise le « nous ». Un exemple ? Récemment, afin de m’humilier dans les règles, il m’a écrit ceci : « C’est vous qui NOUS faites rire … ». Il existe une variante qui consiste à citer nommément une « autorité légitime » extérieure au groupe mais néanmoins considérée comme inclusive à ce dernier en ce qu’elle fait figure de référence. Exemple ? « Vous avez remarqué que Chevillard parle tout le temps de vous sur son blog ? ». C’est ce que Weber appellerait une « relation de domination » et que Kurt Lewin explore à travers la psychologie de groupe. Il existe, en effet, une « illusion groupale », à savoir la recherche (souvent artificielle) d’un état fusionnel collectif. Sauf que cet effet de normalisation ( illusion d’invulnérabilité ; rationalisation interdisant toute remise en question ; pression à la conformité, etc…) a conduit à des aberrations telles : la destruction de la flotte américaine de Pearl Harbor, par les japonais (1941) ; l’échec de l’invasion de la Baie des cochons (1961) ; l’escalade de la guerre du Vietnam ; voire l’embrigadement pervers de la ferme aménagée d’Esalen (années 60/70).
Par conséquent, je ne saurais trop vous engager à réfléchir sur l’effet de cohésion du groupe et sa volonté excessive de parvenir à l’unanimité. Non seulement cette technique est totalement dépassée en « new-management » mais vous qui avez le souci de « rester dans les cordes » et de n’être jamais « à côté » (sous-entendu « de la plaque »), vous l’êtes plus qu’un autre…

Aukazou 01/04/2017 22:02

Que voulez-vous dire ?
________________

Allongez-vous

Fernand Chocapic 02/04/2017 14:42

Inès de la Fressange n'aurait pas dit mieux !

Aukazou 02/04/2017 12:56

Je préconise, dans un premier temps, le redoublement de l'ourlet du caleçon.

Fernand Chocapic 02/04/2017 10:26

Je garde mon caleçon ou bien ?

Aukazou 01/04/2017 20:17

Je crois que le pli sur la robe est un milan qui, comme un grand aigle noir, est venu proclamer l'épiphanie du visible, mais à peine (ou un truc dans l'genre ! ;-))
C'est plutôt avec vous que le redoublement est assuré, catherine.

Fernand Chocapic 01/04/2017 21:44

Que voulez-vous dire ?

catherine 01/04/2017 20:03

Vous parlez de doublure, de plis sur la robe, et à aucun moment il n'est question d'ourlet. Il faudra bien lâcher l'ourlet un jour ou l'autre pourtant, et échancrer sous les bras. C'est ce que font toutes les bonnes couturières quand l'actrice grandit.
De toute façon, vous et Aukazou avez haussé votre niveau de jeu, on sent que pour les autres c'est le redoublement assuré.

Fernand Chocapic 01/04/2017 21:43

Ne croyez pas ça, Catherine. J'ai été super docte pour déstabiliser Aukazou (je crois d'ailleurs l'avoir bien échancrée sous les bras) mais jamais je n'ai perdu de vue la question de l'ourlet (et notamment du redoublement de l'ourlet).

Aukazou 01/04/2017 19:21

Dynamique délirante conviendrait mieux. Cependant, vous noterez que vous êtes le seul à enfermer vos personnages dans une bulle, comme Jérôme Bosch. Sloterdijk voit cela comme une dépendance initiale du fœtus aux fonctions nerveuses de la mère. Qu'est-ce que vous en pensez, Docte ? ;-)

Fernand Chocapic 01/04/2017 21:20

Il faut lire Sloterdijk. Vite !

Aukazou 01/04/2017 18:25

Ce qui compte, c'est la manière dont je narre cet oral.
________________________

Pareil. Narrez de votre côté, vous ne me dérangez pas.

Fernand Chocapic 02/04/2017 10:26

J'ai peur que cette lecture ne soit un peu trop théorique.

Aukazou 01/04/2017 22:01

Il faut lire Sloterdijk. Vite !
________________

Vous n'avez jamais que quinze ans de retard sur la parution de "Bulles", rien ne presse. Je vous conseille d'aller à votre rythme, d'un pas de sénateur.
Cela dit, j'aurais pensé que c'était presque une lecture obligée pour vous, ton Altesse !

Fernand Chocapic 01/04/2017 18:59

Je note que nous sommes dans une même dynamique désirante par rapport au poème. Ce n'est pas rien !

Aukazou 01/04/2017 13:25

Au début, tu es toute seule. Tout se passe bien. Tu connais ton monologue par coeur. La Cour, hiératique fait son entrée et le drame s’installe. Tu as oublié ton texte. Un personnage drapé de noir pointe un index accusateur dans ta direction : « Prophétie auto-réalisatrice ! » assène t’il d’un ton sans appel. Tu tombes de la scène. Tu essaies de remonter mais tu n’y arrives pas. On cherche une doublure pour te remplacer mais, dans un sursaut d’orgueil, tu fais appel. Tu te lèves rassérénée car « on ne se baigne jamais deux fois dans le même fleuve » et ça c’est bien plus vrai qu’une self-fulfilling prophecy.

Fernand Chocapic 01/04/2017 18:48

Vos champs sémantiques sont juxtaposés et le descriptif porte atteinte à la stabilité de l'énoncé. Sinon c'est pas mal.

Aukazou 01/04/2017 11:38

Et qu'est-ce que vous feriez ? Vous remonteriez sur scène ? Ou vous rentreriez chez vous avec l'envie de vous suicider ?

Fernand Chocapic 01/04/2017 19:09

Je suis issu de la petite bourgeoisie ordinaire mais je ne sais pourquoi, de temps à autre, j'aime flamber en arabesques.

Aukazou 01/04/2017 18:54

Sinon c'est pas mal.
_________________

L'énoncé, on voit qu'son Altesse vient d'un aut'monde ! ;-)

Fernand Chocapic 01/04/2017 18:28

Je renverse la table. C'est une technique éprouvée.

Aukazou 01/04/2017 11:35

Oui, ça s'appelle un oral raté. Cela arrive à tout le monde.

Fernand Chocapic 01/04/2017 18:23

Ce qui compte, c'est la manière dont je narre cet oral. Je crée une bulle avec cinq femmes moulées dans les plis de leur robe. Le visuel est à couper le souffle.