Ça va pour vous le printemps ?

Publié le par Fernand Chocapic

Avec un ami de carrosserie, nous dinons dans un bistro français sans avoir le moindre début d'un casting féminin. Dans la maison d'en face, l'homme de la main droite, sa troisième femme et son oncle le chat transfèrent de vieux films de vacances sur une clé USB
 
 

Commenter cet article

Aukazou 28/03/2017 20:37

C'est un virus.
____________

J'ai un fou rire nerveux.
Un virus. Oui, c'est un peu cela ! Cela ne peut être que cela. ;-)

Aukazou 28/03/2017 20:16

Ça vous apprendra à aller sur le blog du voisin.
_________________
Mais moi je l'aime bien le voisin, sinon je ne viendrais pas le voir.

Aukazou 28/03/2017 19:47

C'est sans doute parce que j'ai des notes comme ça sur ma clef usb, que je passe me délasser ailleurs. Parce que vous reconnaîtrez que ce n'est pas marrant de faire de l'épistémologie tout seul dans son coin. Et comme on ne peut pas dire : "Kelsen me gonfle" comme ça, sans raison, sur un blog, on essaie de participer, autant que faire se peut, à ce qui se passe chez le voisin. Mais si on participe aux commentaires du blog voisin, la personne qui le tient, voudra absolument vous persuader que vous venez vous désaltérer aux grosses bouches des autres (même si vous n'avez pas soif). Parce que c'est son truc :les grosses bouches, les grandes lèvres, et les amis de cheval. Donc, puisque c'est son truc, naturellement il vous assure que c'est aussi le vôtre et même que vous avez une pathologie. Et si vous vous révoltez, parce qu'il y a de quoi en avoir marre, et que, "excédée par son univers" vous écrivez : "bite, couilles, cul", il vous stigmatisera. Vous avez écrit "bite, couilles, cul" parce que vous êtes une malade sexuelle et pas du tout parce qu'il vous balance des photos de cul à longueur de textes. Après, comme c'est le printemps, il voudra vous persuader que vous êtes folle de lui, pire que vous n'avez pas de légumes à domicile. Non mais y a des gens ...si, si, j'vous jure ! Y doutent de rien ! ;-)

Fernand Chocapic 28/03/2017 20:10

Ça vous apprendra à aller sur le blog du voisin.

Aukazou 28/03/2017 19:34

sur ma clef usb moi j'ai ça :

Cf : théorie de l’ordre du voleur et de l’ordre du percepteur (Hart). La réponse de Kelsen ce serait de dire que l’ordre du percepteur est une norme juridique parce qu’il a été mis en application d’une norme juridique supérieure (la loi). Cette norme entre en contradiction avec l’ordre du voleur. Comment reconnaît-on que cette norme qui autorise le percepteur est une norme juridique, parce que ces normes juridiques sont prises en application d’autres normes juridiques qui sont des normes suprêmes parce qu’elles fondent la validité des normes les plus générales du système. On peut dire que l’ordre juridique est un système normatif, un système de normes… Si les normes constitutionnelles sont supérieures aux autres, c’est parce qu’elles ne découlent d’aucune autre norme. Cette norme suprême est juridique parce qu’elle est juridique.
La question est de savoir, maintenant, comment on distingue un ordre juridique ? Pour Kelsen, cette question se résout de la manière suivante : un ordre juridique = critère d’efficacité global de la norme juridique sur un territoire donné avec une population donnée. Le droit est un ordre fondé sur la contrainte qui est globalement obéi. Son idée est que si l’on constate, sur un territoire donné, avec une population donnée, un système relativement efficace, alors c’est ça le droit.
Thèse du non cognitivisme / l’anti-cognitivisme éthique : on ne peut pas savoir ce qui est bon ou mauvais, juste ou injuste. Autrement dit, lorsqu’on dit qu’une loi est injuste on ne décrit pas une qualité de cette loi, on exprime un sentiment vis-à-vis de cette loi et c’est cette chose que nous appelons « bon ou mauvais », notre émotivisme. Tout dépend de notre ethos, notre géographie, notre caractère. Ce relativisme éthique dit qu’il n’y a pas de valeur universelle mais des systèmes de valeurs relatifs.

Fernand Chocapic 28/03/2017 19:42

C'est un virus. Je vous conseille de formater votre clé au plus vite.