Tout comme toi l'Irlande

Publié le par Fernand Chocapic

En Irlande, il y a des mots pour désigner le sentiment de malaise ou d'anxiété causé par le fait d'être entouré de personnes que vous ne connaissez pas, ou quand quelqu'un enlève sa culotte de manière inattendue (dans la littérature). Un autre mot parle de la gâterie et de la ruine, de quelqu'un qui participe à telle ou telle soirée, ou qui aime simplement rester tard et nu dans les bureaux le soir. Un autre mot irlandais désigne le gousset d'une paire de pantalons et la quantité de quelque chose qui peut être transportée sous un bras. Il y a des mots qui désignent un oeuf sans coquille et des jeans usés, et par extension l'herbe qui ne peut être facilement atteinte pour être coupée (éventuellement dans la région du pubis mais aussi près d'un lac où le risque de noyade - ou de naissance - est particulièrement élevé). Un autre mot désigne un petit monticule ou une colline sur laquelle on aime errer tard dans la nuit, mais sur laquelle on ne peut pas s'asseoir. Tel mot désigne quelqu'un qui travaille dur mais n'est pas particulièrement qualifié pour donner son avis (comme par exemple un adolescent). Tel autre mot désigne les parties du corps qui sont la propriété d'un animal (le crabe, l'araignée, etc ...)
 
 

Commenter cet article

Aukazou 20/03/2017 16:24

il y a aussi dernièrement des chaussettes en dragon avec une collerette de chewing-gum
___________________________
Ca me plaît bien, cette histoire.

Cédric 19/03/2017 18:04

C'est le pompon.

Fernand Chocapic 19/03/2017 19:47

Dans la restauration, on appelle ça racoler.

catherine 19/03/2017 11:35

Le premier mot qui n'a pas existé, c'est le nom de la réplique en glace de la cathédrale de Chartres, alors qu'il neigeait et que les flocons rebondissaient sur les tours et le clocher, et que je passais inopinément par là, lors d'un rêve de jeunesse. Je pensais que vous l'auriez mentionné.
Tiens d'ailleurs à ce sujet, le suivi de neige n'est pas tout à fait "grandeur nature" mais légèrement plus petit, et un peu en retrait, exactement comme une petite soeur.

D'où viennent les neiges ? Mais je n'en sais rien Fernand, peut-être d'Irlande, oui, en tout cas, pas du Kilimandjaro.

Fernand Chocapic 24/03/2017 10:56

Le jour où il y aura une alerte incendie sur l'autoroute, je mettrai votre chandail moutarde et on ne verra que moi au milieu de tous ces gilets jaunes.

catherine 24/03/2017 10:28

Mon chandail moutarde ? Mais enfin Fernand, vous savez bien que je l'ai oublié dans votre 206 ! Il m(ou)e tarde d'ailleurs de le récupérer.

Fernand Chocapic 20/03/2017 15:16

Chacun apporte ses vêtements et moi je tire sur la couverture. Au final, c'est bien plus beau qu'un simple plaid écossais. Il y a du chandail moutarde, évidemment, mais il y a aussi dernièrement des chaussettes en dragon avec une collerette de chewing-gum. Je vais essayer de rebondir là-dessus, peut-être avec un pantalon vert bouteille.

catherine 20/03/2017 14:05

Vos délires sont élastiques et souples. Tendres et pudiques. Ils sont à mémoire de forme.
Inventifs et timides. Nous les commentateurs/trices, on vous emboîte le pas dans une valse lente dont vous donnez le tempo.
Les irlandais n'y connaissent rien.

Fernand Chocapic 19/03/2017 13:40

Ces maudits irlandais refusent de voir une quelconque part de similarité entre la cathédrale de Chartres et son reflet de glace. Ils n'accordent aucune valeur à nos délires et nous détestent encore plus que les anglais ... On en reparlera quand ils seront à jeun.