Merci pour le chocolat

Publié le par Fernand Chocapic

C'est un jeu d'enfant de trouver le chemin de votre maison. Je n'ai pas eu besoin de GPS. Il m'a suffi de prendre à droite au carrefour et je suis arrivé directement devant chez vous. C'est là que je vous ai vue avec un Monsieur. Par dépit, je me suis jeté sous un tramway. J'ai passé tout le mois de juin à l'hôpital. Vous êtes venue me rendre visite. J'étais assis sur une chaise. Vous m'ameniez des chocolats. C'était un moment étrange. Des retrouvailles pleines d'émotion. "Vous voulez passer le restant de votre vie avec cette crevette ?" a demandé le médecin. Vous avez marqué un temps puis vous lui avez dit : "C'est pourtant vrai qu'il est bien trop mince pour cette chaise" et vous êtes partis tous les deux. Trois ans plus tard, je suis assis à une terrasse parisienne en train de lire un livre récent que j'avais pris pour les carnets secrets du général Boulanger. Vous êtes passée à côté de moi mais vous ne m'avez pas reconnu. Le serveur vous a fait un signe de la main. J'ai attendu dix longues minutes sur ma chaise puis je suis allé payer ma consommation au bar avec un chèque qui promettait d'être difficile à encaisser
 
 

Commenter cet article

catherine 06/03/2017 18:23

Ma twingo était réquisitionnée à l'occasion d'une fête de famille.
Tout a beaucoup poussé ici pendant que j'étais affairée à jouer aux trois petits cochons et au grand méchant loup, et de l'eau a coulé partout. Je ne sais pas comment reprendre le cours normal des commentaires.
Des gens ont parlé de processeurs de téléphone portable plus puissants que ceux qui envoyaient jadis des fusées dans l'univers, ce que personnellement je ne me serais jamais permis.
Et il y a des bouteilles de vin à finir. Vous imaginez mon embarras, moi qui avais décidé de ne plus boire que du lait grenadine.

Fernand Chocapic 06/03/2017 20:40

J'avais dit à tout le monde que vous buviez du lait grenadine. Je suis censé faire quoi maintenant ? Leur annoncer que vous êtes une amatrice de merlot ? Avec une histoire de cochons par dessus le marché ? Moi qui avait la réputation d'être broussailleux, je vais passer pour un rigolo.

Aukazou 05/03/2017 23:19

Elle est où, Catherine ?
J'aurais bien fait les commentaires, mais j'ai un mot d'excuse :

I) L'EPISODE DE L'INONDATION

A) LE VOISIN EST UN HANDICAPE MENTAL

1) Les voisins du dessus ont inondé ma salle de bains.La fuite d'eau est si conséquente qu'un de mes spots s'est transformé en douche. Je n'arrive pas encore à comprendre comment la lumière fonctionne encore.

2) Le voisin m'a expliqué, avec sa tête chiffonnée de dormeur de midi passé :

Le voisin : "Hé, kesce j'y peux moi. Chuis pas magicien.Hé j'suis pas magicien !"
Moi : "Commencez par couper l'eau et essayez d'appeler un plombier !"
Le voisin : "Hé ! C'est dimanche ! Kicé j'vais trouver un dimanche ! Hé !"
Moi : "Coupez l'arrivée d'eau et demain j'appelle les assurances"
Le voisin : " Hé ! chais pas faire ça moi ! Hé ! J'suis pas magicien ! "
Moi : "Je vous signale que ma salle de bain est inondée, le plafond en voie de dégradation et l'eau coule même au dessus des ampoules électriques !Par ailleurs, je vais être obligée d'éponger vos eaux sales, à supposer que ce ne soit que de l'eau ! Regardez ! Même les murs des communs transpirent la mousse de bain ! Et ce n'est pas votre problème !!"
Le voisin : " C'est pas mon problème !"
Moi : "C'est votre responsabilité donc votre problème !"
Le voisin :" C'est pas mon problème (répété ad libitum)
Moi : "Vous direz ça aux flics que je vais appeler ! (oui des fois, j'dis n'importe quoi ! ;-))

Là-dessus, j'appelle mon conjoint sur son lieu de travail.
Mon conjoint : " Oui! Bébé, j'suis au travail là !" (encore un qui cause bien la France !)
Moi : " Le voisin ...blablabla;;; tu l'crois ça ?! ;;;blablabla. Salle de bains inondée ....blablabla...ras le bol ... j'nettoie pas, j'ai aut' chose à foutre que de plonger les mains dans de l'eau croupie ! Blablabla !"
Mon conjoint : " Kesce tu veux qu'je fasse. J'suis au boulot là ?!"
Moi : "Booonn ...c'est pas grave, j'appelle la police !"
Mon conjoint : "Bouge pas ! J'arrive !"

B) MON CONJOINT ET ET LE VOISIN

Mon conjoint : "Bonjour Monsieur, notre salle de bains est inondée. La fuite vient de chez vous, il faudrait couper l'eau et appeler le propriétaire"
Le voisin : "On l'a appelé. Y répond pas ! Pis cé pas nous, on dormait"
Mon conjoint : "Monsieur, la fuite vient de chez vous. Alors s'il vous plaît, vous coupez l'eau ! De mon côté, je rappelle le propriétaire."
Le voisin : "Hé ! Ca va pas là. Chuis pas magicien ! Cépa mon problème !"
Mon conjoint : "Coupez l'eau où je le fais à votre place (tu parles, il sait même pas fixer un clou, mais bref, passons)
Moi :"Je vais vous apprendre à repérer une arrivée d'eau, si vous le désirez. Je peux même couper l'eau pendant que mon conjoint retourne travailler. Parce qu'il travaille le dimanche ...il ne fait pas la grasse mat !"
Le voisin : "C'est pas mon problème ! (ad libitum).
Moi à l'attention de mon conjoint : " Laisse tomber, tu vois bien qu'il est con comme ses pieds ! Il a autant de vocabulaire qu'un berger allemand. 500 mots à tout casser !"
Le voisin : "Hé ! Viens toi pas chez moi m'insulter. Ca s'fait trop pas c'qu'elle fait vot'femme ! Elle m'insulte".
Mon conjoint : " Ca vous changera, d'habitude c'est vous qui insultez la vôtre ! Et c'est pas l'problème !"
Claquement de porte au nez. Fin de l'épisode

Voilà la teneur des conversations dans un arrondissement chic, aux loyers exorbitants (charges non comprises) où 20m carrés coûtent très exactement 900 € mensuels + 200 € de charges tous les 2 mois. Electricité non comprise, cela va de soi ! Quand je pense, qu'il y a des HLM sur le trottoir d'en face qui, pour une surface plus importante, voient leur loyer divisé par 3 par rapport au nôtre ! J'en suis malade ! C'est bien joli de vivre dans le 5e dans un immeuble du XVIIe siècle, avec poutres et pierres apparentes...En réalité, c'est la misère !

Fernand Chocapic 06/03/2017 11:52

Téléphonez à l'assureur. Moi je reste à la fenêtre pour compter les Twingo.