Yo Mouf !

Publié le par Fernand Chocapic

Qnuad les cvheeux sont trop longs et torp bnurs fsocné d'asct une asiginae prue-blnhace puor iqullaee, sga de pdonrefuor qu'il éiatt ma sulee puvree néaerscsie puor pécaysité ht le trtsie srot de la jenue fille
 
Arne heio sa ctnhetét naoésa à un cunrcoos de tasgsie, ehti lé sa tirepssiae a jg ulée meuilelr pnedart muilalqcnéoe au mmnoet oùch so yue fea ércneo douz-le et foulqn ensach blso dre sa yhédcse de poils
 
 

Commenter cet article

catherine 05/05/2017 18:48

Depuis que vous avez une liaison avec une fille qui sort de chez le coiffeur (un qui a parfaitement su coiffeur pour elle), je comprends que vous parliez en langage codé pour ne pas décourager votre lectorat féminin. Mais je constate que vous ne marquez pas les liaisons pour autant.
Je connais des gens dans le nord Cotentin, c'est pire. Ils ne marquent pas les liaisons les plus z'élémentaires. Ils disent par exemple : i lont le temps au lieu de ils z'ont.
Il ne faut pas les tenir en piètre estime pour autant, mais pour le casting chez Eugène Green, ce n'est pas gagné.

Fernand Chocapic 06/05/2017 11:17

J'ai écrit ce texte avec un logiciel qui mélange les lettres à l'intérieur des mots. Apparemment, notre cerveau est capable de reconstituer la phrase quand bien même les lettres auraient été mélangées à l'intérieur des mots. Sauf que moi, malin comme je suis, j'ai modifié le texte pour que le cerveau ne puisse pas reconstituer la phrase si facilement. Je pensais avoir découvert un bon moyen d'optimiser le temps passé à l'écriture de mes textes mais le résultat n'est pas probant. Ici oui, mais c'est parce que la jeune fille met de la laque. On peut se demander si ce n'est pas le vaporisateur qui a mélangé les mots, ce qui rend la chose intéressante, mais je déconseille à nos amis du Cotentin de faire pareil chez eux, surtout s'ils ambitionnent de décrocher un rôle dans un film d'Eugène Green.