Une adorable baise

Publié le par Fernand Chocapic

Je me rends tous les mardis et jeudis après-midis chez une femme du monde pour la prendre en sténo. Elle s'est toujours montrée très gentille à mon égard. Elle me laisse marcher pieds nus sur les tapis. Après avoir pris le thé, je m'assieds sur une chaise avec un bloc-notes tandis qu'elle fait des essayages. C'est une de ces femmes capable de claquer plusieurs salaires en lingerie fine. Elle enchaîne les habillés, me jambe pour que je note la fabrique du tissu. Je manque à chaque fois de jaillir sur elle et de tomber à ses pieds, abattu, vagabond. Le soir, lorsque je quitte son appartement, les joues en myrrhe brûlée, je serais bien en peine de trouver le centre-ville. Dites-le au feu de forêt, dites-le à la lune, c'est moi qui frôle ses dentelles et m'en souviens le soir dans ma cuisine. Je me rejoue le déshabillé de soie qui tombe sur son corps compact et délicieux, et mon paprika de poulet a faim de retour
 
 

Commenter cet article

catherine 31/07/2017 11:50

Si je tape "étoile fernand chocapic" sur mon ordi (ne me demandez pas pourquoi je fais cette chose étrange), il me propose en 3è choix cette page, où il n'est pas question d'étoile.
Je ne peux donc pas faire ma blague de l'étoile d'araignée !
Par contre j'ai l'impression une fois encore que l'illustration a changé, ce n'était pas cette fille dont la vérification des pointes laisse à désirer !

Fernand Chocapic 31/07/2017 16:48

Nous sommes sur un fil. C'est pour ça que nous avons besoin de La Matelas.

catherine 31/07/2017 16:04

L'ennui quand on consulte votre blog, c'est que si quelqu'un passe derrière notre dos, il peut s'imaginer des trucs alors que or il n'en est rien. Ça oblige à beaucoup de savoir faire et de discrétion. Ils pourraient croire que La Matelas s'écrit "la mate-la". Or il n'en est rien.
C'est bien plus simple et gracieux que ça.

Fernand Chocapic 31/07/2017 15:33

Longtemps, je me suis demandé qui étaient Yo de Poêle et Le Daraignée. J'imaginais deux super-héros un peu franchouillards. Quant à La Matelas, je l'imaginais telle que sur la photo.

catherine 31/07/2017 15:04

Je fais tout un tas de recherches sur votre vélo vous vous en doutez bien !
Je ne savais pas que vous connaissiez la blague de la différence entre l'étoile à matelas.
Au temps pour moi. Je vous conseille cependant "comment vas-tu l'd'araignée, et toi, yau d'poêle" qui fait toujours son petit effet.

Fernand Chocapic 31/07/2017 13:18

Je vous rappelle que la vérification des pointes doit être réalisée sur toute personne ayant l'âge d'être vaccinée. Il n'y a pas de régime d'exception qui permettrait de se faufiler derrière la porte en chemise de nuit.

Si vous me faites le coup de l'étoile à matelas, je vous préviens que ça ne se passera pas comme ça.

Je vous remercie de rechercher mes textes "cinq étoiles" sur Google. Ce sont de loin les meilleurs. Par contre, si vous tapez "Fernand Chocapic nu sur un petit vélo", je vous préviens que c'est un montage.

Vous voilà doublement prévenue.

Aukazou 21/04/2017 14:36

Vous devriez ouvrir un blog
_____________
Non, je n'en ai pas envie.

Fernand Chocapic 21/04/2017 14:55

Je plaisantais. Vous n'êtes pas suffisamment "public relations" pour tenir un blog. Si vous ne générez pas rapidement un capital sympathie suffisant pour percevoir de la TVA, vous seriez vite condamnée à déposer le bilan.

Aukazou 20/04/2017 21:59

Par contre, j'accepte volontiers de partager ceci :

https://youtu.be/TqLmN6-6Lxc

Particulièrement agréable pour entreprendre la lecture d'un roman policier.

Aukazou 21/04/2017 14:22

Si vous le dites. Pour ma part, je reste une fidèle de Vargas (pour le style, l’humour, l’érudition). J’aime beaucoup Lemaître aussi, particulièrement pour « Cadres noirs ». Et puis, il y a les maîtres du genre : Lieberman ( Necropolis) ; Lehane (Shutter Island) ; Chesbro (Bone). Malte (Intérieur Nord).
Sinon, je ne déteste pas de temps à autre un Preston&Child. On s’en lasse mais il faut absolument avoir lu « La chambre des curiosités » (le cabinet de curiosités), c’est de la belle ouvrage ! Je n’aime pas toujours le rythme de la phrase, chez Preston&Child, ni le style à proprement parler. Défaut de traduction ? J’en doute parce que rares sont les traducteurs médiocres. Attention, ça se laisse lire. Le style n’est pas rédhibitoire, loin s’en faut. D’autre part, il me faut admettre que je suis une « grande difficile » ! En même temps, les thèmes sont originaux, les personnages complexes, le propos parfois ambitieux (l’art du thé ; la subtilité du jeu de go ), on se laisse volontiers embarquer. A lire en tout cas si l’on a aimé Sherlock Holmes dans son enfance (et même plus tard), si l’on est sensible aux atmosphères victoriennes, aux vieux manoirs, à la culture sudiste des bayous de Louisiane, si l’on ne déteste pas à l’occasion les personnages atypiques, les Rolls Royce Silver Wraith de1959, et les albinos surdoués prénommés Aloysius.

Un petit français aussi, Emmanuel Grand, dont j’ai lu le premier roman, sans prétention mais prometteur : « Terminus Belz ». Là encore, ce n’est pas de la grande littérature mais c’est vraiment très très sympa. Pour les amoureux de la Bretagne, des vieux phares et du bruit du ressac s’écrasant sur les falaises. Pour les nostalgiques du folklore, des contes et légendes celtiques, et tous ceux qui aiment qu’on leur raconte des histoires fantastiques, le soir au coin du feu. Pour les pragmatiques, les écolos, les allergiques de la surpêche et des quotas qui, comme à l’époque des baleiniers de Moby Dick, s’insurgent de la disparition de la pêche dite artisanale. Enfin, pour les incurables romantiques sensibles aux belles histoires d’amour : « Terminus Belz » d’Emmanuel Grand est fait pour vous ! Un très bon moment de lecture, en perspective.
Là où je suis beaucoup plus partagée, c’est à propos d’Hervé Le Corre. Je ne sais pas quoi en penser. Prenons, « L’homme aux lèvres de saphir », par exemple. C’est un polar qui se veut éminemment littéraire, un peu trop à mon sens. On y convoque Ducasse et le Comte de Maldoror dans le Paris de Zola tout en lorgnant du côté de Jack l’éventreur. Trop c’est trop. Le type ne sait pas bien s’il veut faire un polar historique ou un polar littéraire ni quel style adopter, ni au fond quelle histoire raconter. Derrière tout cela on sent une ambition qui nuit au plaisir d’écrire et donc d’être lu. S’en dégage une tension pour le lecteur qui ne se demande plus si les personnages vont s’en sortir mais comment l’auteur va s’extirper de son projet. En ce qui me concerne, j’ai eu l’impression d’assister à un roman en construction, comme une statue essayant d’échapper à son bloc de marbre, dont on pressent que le résultat pourrait être harmonieux une fois le travail fini. Et puis il y a ces phrases dont on ne sait si on doit rire ou en pleurer : « Il ne sait plus où il est, jette un regard aux étoiles invisibles, maintenant que s’est éteinte la métallurgie de sa fatigue, comme un marin perdu, Minotaure égaré en son labyrinthe » …Ah ouais, quand même ! Céti un marin perdu ou un Minotaure dans un labyrinthe ? Parce que c’est pas vraiment la même chose et qu’ on n’est pas non plus dans le cadre d’une métaphore filée, plutôt dans les perles enfilées … Et puis qu’est-ce que c’est que ça « la métallurgie de sa fatigue » ? Non mais ça va pas bien, non ?!

Fernand Chocapic 21/04/2017 11:40

Les romans policiers, c'est pour les gogos.

Aukazou 20/04/2017 21:53

Oui, oui, une adorable baise avec en propos liminaires "tout vous saurez tout sur mon zizi".

Maintenant qu'on a parlé de votre texte, parlons de ma découverte des blogs. Il y en a un qui m'a donné envie de me procurer "Traces" d'Ernst Bloch. Un autre de ces blogs me fera acheter « L’avenir de la nature humaine » d’Habermas. Une fois n’est pas coutume, j’ai envie de dire : « Merci Internet ! ». Je dois aussi à la découverte de certains de ces blogs , mon premier fou rire de la journée grâce à l’internaute abrxs, merci à lui ! ;-)
http://sanchezwrting.blogspot.fr/2016/10/des-nouvelles-de-lexcellent-frederic.html

Quoi d’autres, j’ai découvert au fil de mes pérégrinations ce petit bijou … euh… finalement non, trop précieux, aucune envie de le partager.

Fernand Chocapic 21/04/2017 11:38

Vous devriez ouvrir un blog pour que chacun puisse en apprendre encore un tout petit peu moins sur ces choses que vous ne voulez pas partager.