L'amour a pris le bonbon de l'étagère

Publié le par Fernand Chocapic

Il y a des choses qui sont dures à tourner en dérision. Cette histoire de "femme chocolat" qui devient friandise est contraire à toute déontologie. On se doute pourtant qu'il s'agit d'une fiction. L'héroïne qui visite la chambre des artilleries lourdes et fait la promotion du chocolat, c'est une blague. La fille est exceptionnelle, on peut trouver ça très chaud, mais si elle n'arrive pas avec les ingrédients d'une vraie salade de fruits, je ne vois pas l'intérêt
 
 

Commenter cet article

catherine 12/05/2017 11:06

Tenez Fernand, pour votre thématique des seins :
(Je l'avais perdu, et je l'ai retrouvé)
Allégorie (dans Opéra de Jean Cocteau)
"Voyons... vous savez bien... réfléchissez : Une grande fille grêlée, un peu forte, avec une poitrine, des cuisses superbes... myope... Je suis sûr que vous savez de qui je parle... C'est trop bête... attendez donc... sans bras ? Mais... c'est la Vénus de Milo."

Fernand Chocapic 12/05/2017 13:35

"Une statue changée en femme ? C'est impossible, direz-vous. Soit. C'est pourtant arrivé une fois - Quand ? - Dimanche - Où ? - A Rocamadour - Prouvez-le. J'apporte des photographies : Les voilà." Et il montre plusieurs photographies d'une femme nue couverte de tatouages.