Une amie de cheval

Publié le par Fernand Chocapic

Je pense, tout en haut de la cuisse, à ce pâturage lisse voisin de vos cheveux. Je pense au pli qui coupe votre dos. Je pense à cette cheville aperçue dans le train pour Toulouse

Souvenez-vous quand nous avons nagé une fois et que je vous ai touchée sous l'eau. Vous avez dit : "Voilà donc comment vous touchez d'autres femmes"
 
 

Commenter cet article

La vilaine Natacha 14/05/2017 19:37

Bref, mais intense. M'a rappelé le film " Deep end ".

Sinon blogbooker, ce serait bien pour sauvegarde (if ever, je sais mais bon). :*

Aukazou 12/05/2017 22:32

Et puis je rajoute ceci, à savoir un ouvrage qui pourrait vous plaire, enfin peut-être ...

http://www.actes-sud.fr/catalogue/litterature-etrangere/contrepoint

L'interprétation de Glenn Gould n'est pas la meilleure, mais c'est la plus touchante, du coup c'est la meilleure selon mon critère :

https://youtu.be/Gv94m_S3QDo

Aukazou 12/05/2017 21:21

Et ça vous aimez ? C'est l'un de mes compositeurs préférés.
https://youtu.be/jRVtJBDCz68

catherine 12/05/2017 11:04

Oui, une quarte juste suivie d'une tierce majeure, c'est comme cela que ça commence. Quelque chose de pur, qui s'élève, fluide, fervent, apaisant, qui rend meilleur, et qui a dû toucher François Dupeyron puisqu'il a choisi cette pièce merveilleuse pour son film « La chambre des officiers » (il a dû en apercevoir toute la sensibilité poignante et réparatrice. Et puis il y a peut-être cette idée que l'officier ne doit en aucun cas se regarder dans le miroir, et qu'à la toute fin, il le peut).
Et Denisa Kerschova, qui ne l'a pas passée dans son émission pour s'en moquer, elle.
Alors, mélodie d'ascenseur ? Sprat ? ou plutôt hareng sur le baudet ? C'est comme vous voulez.

Aukazou 11/05/2017 23:59

" J'ai démontré à de multiples reprises que j'étais plus docte que vous"
______________________

;-)

. 11/05/2017 18:23

Il ne connaît même pas John Legend ...

Fernand Chocapic 11/05/2017 21:53

J'en connais qui l'ont reconnu sans le connaître. Je n'ai toujours pas compris comment c'était possible.

Aukazou 11/05/2017 12:51

Vous avez dû écouter Pärt en lisant Pratt, ou en mangeant des sprats, d'où la confusion.

Trêve de plaisanterie. Sincèrement, vous croyez vraiment que Chocapic s’intéresse à Arvo Pärt ? Avez-vous pris la latitude de sa culture musicale ? Il est déjà infoutu de reconnaître du Puccini, alors Arvo Pärt …
A sa décharge, il lui arrive de nous faire du Kurt Weill à l’insu de son plein gré, comme d’autres font de la prose sans le savoir : « Retire ta main. Je ne t’aime pas » ;-)

Sinon, je connais un ascenseur qui fait de la musique sur un accord de Do-Fa-La. C’est assez minimaliste et pour le moins soporifique. Du coup, je prends les escaliers.

Fernand Chocapic 11/05/2017 14:22

Quelle ravissante idiote ! "D'où parlez-vous ?" dirait Onfray. Vous pensez réellement que je ne connais pas Puccini ? Qu'est-ce que c'est que cette condescendance ? Êtes-vous sûre d'avoir la lumière à tous les étages ? J'ai démontré à de multiples reprises que j'étais plus docte que vous, et certainement pas "à l'insu de mon plein gré" comme vous le dites si mal. Je suis estomaqué par votre sans-gêne et votre suffisance. Vous nous apportez une fois de plus la preuve que vous êtes un trissotin de notre siècle. C'est lamentable !

catherine 11/05/2017 09:51

A propos de nage merveilleuse, de nage minimaliste, je crois qu'en musique de fond, de grands fonds, on pourrait entendre Spiegel im Spiegel d'Arvo Prät, musique qui nous réconcilierait avec le monde entier, qui apaiserait les commentateurs les plus furieux. (Réentendue hier à la radio et dont je ne savais pas le titre).

Parfois je regrette de ne pas travailler dans le comité de lecture d'une maison d'édition spécialisée dans l'érotisme aquatique, timide et presque indétectable, aux illustrations insolites.
Fernand ne serait pas obligé d'attendre que d'autres partent à la retraite.

Fernand Chocapic 11/05/2017 14:11

Je vous garantis que je vais la monter cette maison d'édition spécialisée dans l'érotisme aquatique, timide et presque indétectable, aux illustrations insolites. On va en passer des nuits blanches à réfléchir sur le choix de la police et le grammage du papier.