Un inédit de Rodin

Publié le par Fernand Chocapic

Lorsque vous êtes entrée dans l'atelier, j'étais déjà là. Vous êtes arrivée avec torse, tête et peluche, sans rideau de douche. Je vous ai apporté vos rouleaux préférés. "Je garde mon chat pour les souris" m'avez-vous dit. Je vous ai embrassé le dos de la jambe, de manière très chaste. "Au lieu de rester debout devant la porte avec votre sourire forcé, commencez à sculpter" m'avez-vous dit en grec ancien
 
 

Commenter cet article

catherine 01/05/2017 11:35

On dirait que la tache sombre au milieu du personnage a été rajoutée en cours d'arts plastiques ou de grammaire par un collégien intrépide voulant en découdre avec le féminin singulier.

Fernand Chocapic 01/05/2017 12:30

Celui-là sera exclu trois jours du collège.

catherine 29/04/2017 16:06

Pioché chez celui dont vous êtes l'élève : "Elle sort du magasin de bricolage avec une tringle de douche à la main et rougit un peu en me croisant. C’est vrai que le rideau manque".
Vous avez trouvé le rideau, il manque toujours, et ce n'est plus la même histoire maintenant.

catherine 30/04/2017 00:20

On commence par rougir et puis après on dort en bleu

Fernand Chocapic 29/04/2017 19:13

Dans mon histoire, elle ne sort pas, elle rentre. Du coup, le rideau manque toujours mais au lieu que ce soit elle qui rougisse, c'est moi qui rougis (j'aime bien me réserver le rôle de celui qui rougit).