Une histoire comme ça

Publié le par Fernand Chocapic

J'ai grandi dans un projet de logement à Angoulème. La concierge était une femme diplômée, ce qui était plutôt rare à cette époque. Elle n'avait peur ni du printemps ni de la moustache. D'ailleurs, les hommes ont toujours continué de la suivre, même si elle a vécu en Suède plusieurs années. Quand elle a déménagé, je me souviens d'un conducteur qui lui avait retiré sa culotte et qu'on avait retrouvé le lendemain sur le bord de la route. Il n'était plus le même - à savoir que désormais, notre civilisation prenait pour lui les apparences d'une gigantesque mésaventure psychique
 
 

Commenter cet article

EnvoitureSimone 01/09/2017 15:00

"désormais, notre civilisation prenait pour lui les apparences d'une gigantesque mésaventure psychique"
_______________________________

"It's a new dawn
It's a new day
It's a new life
For [ him]
And [ He's] feeling good"

Fernand Chocapic 01/09/2017 17:33

"New dawn", ça veut dire "nouvelle donne". D'ailleurs, on est le premier septembre. On va pouvoir manger des moules. Sauf Aukazaoût qui fait la gueule parce qu'elle a un pseudo estival (il fallait quand même bien s'attendre à ce que l'été ne dure pas tout l'automne).